Automne Musical de Spa

Bernard FOCCROULLE

Date

Samedi 26 septembre 2015

Lieu

Eglise Saint-Remacle

Plan d'accès

Visionner

Bernard FOCCROULLE, orgue

Une récréation spirituelle avec une oeuvre magistrale du grand maître de l'orgue

Johann Sebastian Bach
Klavierübung III (1739)

50e anniversaire de la Manufacture Thomas !

 

 

Bernard Foccroulle

 

Pour ce premier concert du 30e anniversaire de l’Automne musical de Spa, Bernard Foccroulle nous emmène au cœur même de la quintessence de l’œuvre de Johann Sebastian Bach. Nous goûterons à la richesse de l’écriture d’un compositeur arrivé à une absolue maîtrise de l’art du contrepoint et de la profondeur de son langage émotionnel. Œuvre de maturité par excellence, cette troisième partie du ClavierÜbung composée en 1739 s’avère une œuvre majeure à vocation liturgique appelée la « Messe luthérienne ».

Sur la page de titre de l’édition gravée figure ceci : « Troisième Partie de la Pratique du Clavier, se composant de divers Préludes sur les cantiques du Catéchisme et autres cantiques pour l’orgue ; A l’intention des amateurs et en particulier des connaisseurs d’œuvres de ce genre, pour la récréation [d’un plaisir qui ravit l’âme] de leur esprit. Composée par Johann Sebastian Bach, Compositeur de, Cour du Roi de Pologne et Prince lecteur de Saxe, maître de chapelle et Directeur de la musique de Leipzig. Edité par l’auteur ».

À l’époque durant laquelle Johann Sebastian Bach se consacre à la compositition de cette œuvre, il est installé à Leipzig depuis quelques années déjà. Alors qu’il n’occupe pas de fonction d’organiste, il se consacre à la composition d’un répertoire de quelque 300 cantates pour tous les dimanches et fêtes et à la direction de l’orchestre municipal le « Collegium musicum ». Selon la tradition, le cantor de Leipzig songe à publier ses trois livres d’« Exercices pour clavier » intitulés « ClavierÜbung ». Le premier de ces livres paraît en 1731, le deuxième quatre années plus tard en 1735 et le troisième en 1739. Mizler, un auteur contemporain du compositeur, nous livre ses commentaires : « L’auteur a donné ici une nouvelle preuve de ce qu’il a merveilleusement travaillé dans ce genre de composition, comparé à bien d’autres, et qu’il y est heureux. Personne n’a rien fait de comparable auparavant, et bien peu pourront l’imiter dans l’avenir… ».

A l’instar de nombreux grands interprètes, Bernard Foccroulle a enregistré entre 1982 et 1997 l’intégrale de l’oeuvre d’orgue de Johann Sebastian Bach. Celle-ci a été réalisée sur de somptueux instruments historiques qui illustrent le parcours instrumental de ce compositeur souvent qualifié de « Philosophe de l’orgue ».

Les orgues de l’Abbaye de Leffe construites par la Manufacture Thomas furent mises à l’honneur dans cette entreprise discographique éditée chez Ricercar. Cette intégrale a marqué les années 1980 et 1990, grande époque de découvertes et de valorisation du patrimoine organologique et des orgues en particulier.

Les restaurations les plus audacieuses furent entreprises dans un but d’authenticité pour le plus grand bonheur des interprètes, avides de jouer sur des instruments à la valeur historique inestimable. Bernard Foccroulle, comme tant d’autres organistes -Marie-Claire Alain, Michel Chapuis ou Gustav Leonhardt- ont parfois attendu longtemps la restauration ou l’accessibilité à un orgue afin de réunir les meilleures conditions d’écoute et d’enregistrement. La découverte des orgues de Gottfried Silbermann en Saxe, dont la connaissance n’était réservée qu’à une poignée de connaisseurs acharnés, s’avéra un événement majeur dans le monde de l’orgue. Les instruments mêmes que Bach joua dans la deuxième partie de sa vie étaient restés quasi intacts depuis leur construction, avec leur diapason d’origine, le tempérament ancien, et les couleurs très contrastées de ces orgues. Gottfried Silbermann, tout comme son frère Andreas, fut un facteur d’orgue remarquable et partagea de nombreuses expertises avec Johann Sebastian Bach. Il construisit les instruments de la Sophienkirche, que Bach eut l’occasion de jouer en 1725 et 1731, et de la Frauenkirche, sur lequel celui-ci se fit entendre dans le courant de l’année 1736.

Aujourd’hui, c’est à l’orgue de l’église Saint Remacle de Spa, fabriqué par la Manufacture d’orgues Thomas en 1992, que revient la mission de colorier cette superbe page musicale sous l’impulsion d’une des plus grandes signatures du monde des serviteurs de la musique d’orgue : Bernard Foccroulle. Excellent concert !

Véronique Wintgens